Mission impossible 6 : Fallout

Mission-Impossible-Fallout-postervdA mesure que le temps passe, que les blockbusters américains se numérisent, ne se font plus que sur fond vert, les films tournés à l’ancienne, avec des cascades réalisées en « vrai », sur des décors naturels, avec des risques pris, des cascadeurs continuant d’opérer la magie en prenant des risques considérables sont de plus en plus remarquables et admirés comme peuvent l’être les perles perdues au milieu de la mer, enfermées dans des huitres imprenables à la beauté sauvage ensorcelante.

4850059.jpg-r_640_360-f_jpg-q_x-xxyxxIndéniablement, Tom Cruise fait parti de ces résistants à l’ère du numérique, de ces battants qui continuent de rechercher le « vrai » cinéma, de faire perdurer la magie de celui-ci, de perpétuer sa tradition de spectacle forain. Car ce dernier a été fait par des magiciens (George Méliès avec son Voyage à la Lune), des forains (William Caslte qui ajoutait des squelettes au plafond des salles de cinéma pendant la projection de La Nuit de tous les mystères) et continue de prouver que ce qui le constitue reste de l’attraction avec les séances de 4DX où les sièges bougent au rythme des mouvements du film. C’est ainsi que la saga mission impossible s’est dédiée davantage à offrir un spectacle ultime au spectateur qu’à raconter des histoires compliquées d’espionnage. Ainsi l’amateur éclairé de John LeCarré sera déçu indéniablement, tandis que l’amoureux des films d’actions à l’ancienne à la James Bond sera parfaitement contenté par le dernier opus en date de la saga incarnée à l’écran par le dernier nabab d’Hollywood, Tom Cruise.

henry-cavill-et-angela-bassett-dans-missionImpossible de parler de la saga sans évoquer la star qui a fait de cette saga son étendard. Mission Impossible est l’incarnation du fonctionnement même de Tom Cruise. Sa recherche perpétuelle de spectacle de haut niveau, son exigence physique mais aussi et surtout, sa quête cinématographique à travers le choix de réalisateurs qu’il vient chercher pour leur talent mais aussi pour leur potentiel. A l’inverse des studios Marvel et Disney qui font appel à des jeunes réalisateurs talentueux mais pour leur demander de répondre à un cahier des charges très précis où toute originalité et inventivité est absolument proscrite, Tom Cruise lui laisse le réalisateur complètement libre de s’exprimer. Ainsi chaque volet de la saga ressemble tout autant à son réalisateur (impossible de confondre l’épisode 1 de Brian de Palma avec le 2 de John Woo).

Tom-Cruise-Mission-Impossible-Motorcycle-Stunt-Photos-LongCet épisode 6, Fallout, est le second opus réalisé par le talentueux Christopher McQuarrie. La caméra de ce dernier, en pellicule, il faut le souligner, capte parfaitement les mouvements de ses acteurs, les épouse afin de donner un sentiment de vitesse vertigineux au spectateur, enchaînant vertige et fascination, sentiment de grandeur presque effrayant dans une conclusion aussi épique que titanesque. Entre la course poursuite infernale dans les rues de Paris, le parcours sur les toits de Londres et l’impossible course poursuite en hélicoptère finale, le film rend hommage aux heures de gloire de James Bond (impossible de ne pas y voir une référence avec la voiture choisie, une ancienne BMW) qu’aux Taxi de Luc Besson ou encore aux films d’actions buriné des années 80 et à tout un pan du cinéma d’exploitation aujourd’hui complètement disparu, en tout cas du cinéma américain.

mission-impossible-falloutdskqspodA l’instar de Mad Max Fury Road, ce petit bijou cinématographique est d’autant plus ressenti comme un chant du cygne qu’il est le probablement le dernier de son espèce décidément en voie de disparition. Désormais c’est aux Marvel, aux Ready Player One et aux Star Wars tout en images de synthèses parfois réussites, parfois totalement désastreuses (Justice League en a fait les frais, d’ailleurs, Mission Impossible 6 est aussi appréciable pour la fameuse moustache d’Henry Calvill.) que nos écrans auront le droit. Cependant, il ne faut pas être définitif, si l’on veut continuer à voir des cascadeurs flirter avec le virtuose, il reste le cinéma asiatique qui n’a pas dit son dernier mot comme le prouve la saga The Raid.

mission-impossible-fallout-photo-vanessa-kirby-1029424Fort de ses cascades, réalisées toutes en grande partie par Tom Cruise en personne, le film doit aussi beaucoup au reste de son casting. Evidemment, on est immédiatement capté par la moustache de Henry Calvill, au cœur d’une mini tempête hollywoodienne puisqu’elle a valu à Justice League de devoir l’enlever numériquement sur tous les plans réalisés en retakes (tournage de plans supplémentaires faits après la reprise du projet par Joss Whedon). L’acteur qui incarne Superman habituellement joue ici un parfait connard qu’on adore détester. On devine le plaisir du comédien à jouer un méchant, plaisir manifeste également pour l’actrice Vanessa Kirby, connue pour son rôle de la princesse Margaret dans la série The Crown qui excelle dans le personnage de la blonde beauté fatale, taquine et mesquine, capricieuse et vénéneuse.

C4894539ôté équipe, on retrouve l’éternel Ving Rhames dont le rôle ne cesse de s’épaissir au fil de la saga mais qui aurait pu trouver la mort au début du film. En effet, à la base son personnage était supposé mourir dès le début du film. Le comédien a cependant refusé d’être le black qui meurt au début. Choix qui nous comble de bonheur puisqu’avec Tom Cruise, c’est la base de l’équipe Mission Impossible. Base qui se retrouve consolidée par Simon Pegg qui remplace avec brio sur le terrain Jeremy Renner. Enfin, seul regret c’est de ne pas voir plus Rebecca Ferguson, l’équivalent féminin de Tom Cruise et surtout, personnage qui conserve encore de son mystère. Son personnage est encore en prise avec le MI6, contrairement à Ethan Hunt qui a prouvé sa valeur.

 

mission-impossible-6-photo6-2000x940-2cd298-0@1xC’est d’ailleurs le seul reproche que je ferais au film, c’est de tenter une remise en doute d’Ethan Hunt vis à vis de la CIA. Une éternelle opposition entre l’équipe Mission Impossible et la CIA qu’on a vu déjà par deux fois dans les deux derniers opus et qui commence à devenir redondant. Sachant le funeste destin du personnage de Alec Baldin, on espère voir Angela Basset prendre le relai en tant que décisionnaire et peut-être à l’avenir voir Tom Cruise céder plus le terrain et l’action à Rebecca Ferguson. S’il est toujours plaisant de voir Tom Cruise sauter depuis les toits, on se demande combien de temps il pourra encore pratiquer ce sport. A noter que le film joue là dessus, demandant si ce n’est pas un sport de jeunes, si l’équipe Mission Impossible n’est pas trop vieillotte et ridicule. Questionnement qu’on retrouvait également en 2012 dans l’excellent Skyfall. Il est intéressant de voir le rapprochement niveau thématique comme niveau excellence de l’image et des cascades des deux grandes sagas d’espionnage et d’action. Sans doute aujourd’hui, les seules sagas cinématographique à encore faire la part belle aux véritables décors et aux cascades époustouflantes.

Publicités

Laisser une trace sanglante

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s