X Men Apocalypse de Bryan Singer, 2016

X-MEN-APOCALYPSE-Image-du-film-6-Apocalypse-movie-Bryan-Singer-Go-with-the-BlogDans le panorama actuel des films de Super-héros, on a eut quelques déceptions récemment. Entre un Batman V Superman bourré d’incohérence à la narration bizarrement racontée, et un Civil War qui n’arrive pas à la cheville de la BD que le film renonce à adapter en milieu de parcours, on pouvait se demander si X Men Apocalypse n’allait pas être du même tonneau. On en était à se demander si tout n’avait pas été dit et la boucle bouclée par le génial Deadpool. On le sait bien, quand les films parodiant un genre commencent à émerger, c’est généralement la fin de celui-ci comme Braindead avait signé l’arrêt des films bis. Pourtant, X Men Apocalypse à grand renfort d’effets spéciaux ébouriffant et de scènes d’actions dantesques prouve que le film de super héros peut encore faire rêver.

X1.0.0Tout commence avec les X Men de Bryan Singer en 2000. Comprenant l’essence même des comics, le réalisateur d’Usual Suspect écrit un scénario avec Tom DeSanto où le professeur Xavier et Magneto sont respectivement comparés à Martin Luther King et Malcom X. Originellement le comics était né à l’époque de la ségrégation aux Etats-Unis et à travers l’histoire des mutants évoquait les problèmes de racisme au Etats-Unis. Et au box-office c’est un carton plein, des critiques positives qui lancent alors la saga sur de bons rails jusqu’à ce que l’épisode 3 mette fin pour un temps à l’aventure.

Arrive en 2011 X Men le commencement qui se veut une préquelle retraçant les débuts du Professeur Xavier, de Magnéto et des X Men. Le film est un succès critique et public qui ouvrira les portes à un audacieux X Men days of future past, l’adaptation d’un graphic novel plutôt important dans les comics. En réalité, l’histoire est complexe, mais le film réussit néanmoins à rendre en grande partie la puissance des comics dont il est tiré et surtout, fait la boucle avec la première saga tout en réécrivant l’histoire puisque modifiant le passé. En somme, c’est une réussite qui permet de continuer la saga en racontant une nouvelle histoire sans pour autant renier l’ancienne saga. Une idée de génie.

xmen0002X Men Apocalypse continue dans la droite lignée du précédent, cherchant à la fois à offrir un spectacle dantesque au public avec des scènes d’actions où la toute puissance des mutants s’exprime à l’écran dans des images de destruction massive et à la fois de continuer à construire l’univers des X Men. On y voit donc apparaître Jean Grey, merveilleusement incarné par Sophie Turner, Scott Summer en adolescent boudeur et bien sûr Tornade assez médusante avec sa coupe de punk. C’est donc l’équipe originale des X Men qu’on retrouve, et en plus, dans les années 80. Le summum du cool s’exprimant dans une séquence au ralenti où notre vif d’argent démontre une nouvelle fois ses talents avec beaucoup d’humour.

S’il y a quelques couacs, comme une multitude de personnages qu’on n’a pas le temps de découvrir en profondeur (Angel et Psylock), la disparition de Alek Summer trop écourtée, et bien sûr l’apparition vraiment ridicule de Wolverine, il n’en demeure pas moins que Bryan Singer livre un film d’action à la hauteur des attentes avec des combats lisibles en 3D (chose que n’étaient pas parvenu à faire Civil War), et nous donne une bonne décharge d’adrénaline. On espère que le suivant prendra un peu plus le temps d’explorer la psyché des personnages et surtout, permette enfin à Magneto d’évoluer, celui-ci restant encore une fois coincé dans le rôle du méchant en quête de rédemption qu’il avait déjà dans le précédent.

Publicités