[CRITIQUE] Batman V Superman de Zack Snyder, 2016

batman_superman_logoBATMAN V SUPERMAN est sans doute LE blockbuster de l’année. On attendait la réponse de DC face aux films de Marvel réunissant les Avenger. Après les séries mettant en scène Flash, les origines de Batman dans GOTHAM ou encore quelques films plus ou moins réussit pour présenter chaque personnage, voici enfin, L’AUBE DE LA JUSTICE, où en plus de voir s’affronter Batman et Superman, on devrait voir apparaître Wonder Woman et ainsi la trinité se former. Quoi de plus réjouissant et de plus excitant, ce qui explique d’ailleurs les très bons chiffres que fait le film en salle.

2048x1536-fit_ben-affleck-incarne-batman-film-batman-v-supermanAprès l’imposante trilogie de Christopher Nolan (quoi qu’on en pense de son Dark Knight Rise, Nolan a imposé en trois films un Batman iconique, noir, sombre, à l’image des comics de Frank Miller), il semblait difficile de faire revenir le chevalier noir. Et les inquiétudes des fans semblaient légitimes. Qui diable pourrait succéder à Christian Bale dans le rôle du justicier de Gotham. Le très monolithique Ben Affleck avait fait éprouvé des frissons glacés et pourtant, sa prestation colle totalement au personnage. Il faut bien l’avouer, avec ses tempes grises, son air sombre, et sa carrure imposante, il est véritablement le Batman vieillissant du comics de Frank Miller, Dark Knight Return.

maxrsqfjqefesdefaultDans ce comics, nous avons un Bruce Wayne usé ayant prit sa retraite depuis longtemps qui est hanté par son passé, encore et toujours, par la mort de ses parents, et les chauve souris, par ce qu’il a fait, et ce qu’il a perdu. C’est d’ailleurs ces images que BATMAN V SUPERMAN met en avant dès le début du film. Nous voyons la scène du meurtre des parents de Bruce Wayne mise en parallèle avec la chute du petit Bruce dans le puit où il se retrouve confronté à un nid de chauve souris. Ces souvenirs et l’apparition de nouveaux criminels ultra violent sortait Batman de sa retraite, le poussait à reprendre la cape et le masque. Ici c’est les actions d’un extraterrestre et les retombées du combat antre Superman et le Général Zod qui le pousse à prendre parti.

batman-v-superman-dawn-of-justice-fightMais le chevalier noir est un homme usé, las, qui a beaucoup perdu de batailles au fil du temps, et dont la noirceur inquiète jusqu’à Alfred qui se révolte contre la nouvelle manie du vigilent de marquer au fer rouge les criminels qu’il arrête. C’est cet homme au bout du rouleau qui prend en grippe le Superman après avoir reçu une vision du futur lui annonçant une apocalypse menée par un Superman ultra violent possédant sa propre armée. Ce genre d’apparition colle totalement à l’univers DC et Justice League. L’esprit des comics est d’ailleurs vraiment bien représenté, avec une Wonder Woman qui tente de disparaître au milieu des humains tandis que s’affrontent Superman et Batman dans un combat ultra violent dont la dureté des images égale la froideur de l’univers dessiné.

jesse-lex-000220568-580x435Totalement noir ce film de 2h30 (qu’on sent un peu passer quand même) oppose la vision sombre de Batman qui ne voit aucun espoir ou presque, à celle de Superman qui préfère se retirer face à la méchanceté des hommes plutôt que d’avoir à vivre parmi eux. C’est d’ailleurs là toute la différence entre les deux. Quand Superman est adulé au Mexique cela semble faire directement écho à la scène de BATMAN BEGINS où le Batman est la proie d’une foule en colère droguée le voyant comme un démon, quand les gens voient Superman comme un ange tombé du ciel. L’image étant renforcée par un Lex Luthor (très creepy d’ailleurs) qui voudrait voir en Superman un démon venu détruire la terre.

NEN06RJcbJ5mQQ_2_bComme Nolan, Zack Snyder mélange joyeusement plusieurs comics, THE DARK KNIGHT RETURNS évidemment, mais aussi LA MORT DE SUPERMAN, cependant, ces mélanges là visent aussi à une simplification. Celui qui orchestre l’affrontement dantesque entre les deux justiciers c’est bien évidemment Lex Luthor qui pour le coup est dessiné comme un fils de nanti, une sorte de pendant de Bruce Wayne, (orphelin milliardaire possédant une entreprise d’armement) mais complètement fou, ravagé de la cervelle, freak jusqu’au bout des ongles, qui est littéralement habité. Désireux de détruire Superman, il fera tout pour cela, dressant contre lui le sénat (la scène du capitol est d’ailleurs l’une des meilleures du film), Batman mais aussi en jouant les docteur Frankenstein pour un final destructeur.

batman-vs-superman-dawn-of-justice-will-gal-gadot-s-wonder-woman-be-more-than-a-love-int-444466Quid des qualités du film ? Evidemment, si je vous en parle avec autant de ferveur c’est que j’ai aimé. Incontestablement, on a un film qui tient debout et respecte les comics, les univers très différents de Batman (très noir pour le coup) et de Superman, véritable héros patriote. La manière dont est introduite Wonder Woman est tout simplement excellente, très James Bondesque. Même la simplification des sagas issus des comics convient parfaitement à l’adaptation sans sacrifier l’émotion.

Le film a quand même des défauts, une écriture maladroite et un scénario des plus légers quand à la justification de certains comportements. Batman qui se fait si facilement avoir par Lex Luthor, c’est un peu gros, Superman incapable de sauver lui-même sa mère, pareil, on y croit difficilement, mais le fait est que les incohérences sont inhérentes au film de super héros. Et celles-ci restent acceptables. Le scénario maladroit mise tout sur le grand spectacle et les émotions fortes, et au final, c’est ce qui compte. D’autant que, l’image très poussiéreuse et granuleuse qu’aime Zack Snyder colle parfaitement à l’univers. Et que dire du très bon score conçu par Hans Zimmer et Junkie XXL (auteur de la BO de Mad Max Fury Road).

Publicités