[SÉRIES] The Expanse, saison 1.

qSBdK4fbIYc.market_maxres

200 ans dans le futur, le système solaire a été entièrement colonisé. La Planète Mars, colonie terrienne, s’est d’ailleurs révolté contre la terre, donnant lieu à une guerre froide qui est en statu quo. Alors que sur Terre les hommes souffrent des effets de la pollution, sur la ceinture, des hommes naissent et grandissent dans des stations, et les effets de l’apesanteur est désastreux pour ces corps humains qui ne supportent plus la gravité. La ceinture est peuplée essentiellement d’ouvriers et de gens de basses conditions qui doivent payer l’air qu’ils respirent et l’eau qu’ils boivent à prix d’or. Ce qui provoque de nombreuses tensions, notamment avec l’OPA, organisation syndicale qui se montre parfois violente et tend vers le terrorisme pour faire entendre son opinion.

expansetieinLa série débute donc en dévoilant une jeune femme prisonnière dans un vaisseau spatial qui réussit à s’échapper pour découvrir que tous les membres de l’équipage ont disparus, et qu’une chose étrange dévore le réacteur du vaisseau. L’instant d’après nous retrouvons le détective Miller, né sur la ceinture d’Astéroïdes qui a pour mission de retrouver la jeune femme que nous avons vu au début, une dénommée Julie Mao, fille d’un riche industrielle qui semblerait avoir des liens avec l’OPA. Parallèlement, nous suivons James Holden, un second d’un cargo charger d’acheminé de la glace afin d’alimenter la station spaciale Ceres en eau. Il reçoit alors une demande d’aide par radio qui émanerait vraisemblablement de la jeune femme, Julie Mao.

The-Expanse-ChrisjenTHE EXPANSE est ce qu’on appelle un Space opera, produit par la chaîne SYFY. A la création, nous retrouvons Mark Fergus et Hawk Ostby qui ont tous deux été scénaristes sur LES FILS DE L’HOMME et IRON MAN. Cette série qui met en scène des acteurs relativement inconnus, est l’adaptation d’une série de roman éponymes écrits par Daniel Abraham et Ty Frank (assistant de George R. Martin, auteur du TRÔNE DE FER) sous le pseudonyme de S. A. Corey. Le président de Syfy, Dave Howe a dit : « The Expanse est épique par sa dimension et sa portée et promet d’être la série la plus ambitieuse à ce jour de Syfy. » Et à juste titre, puisque cette série est non seulement d’une profondeur scénaristique et de mythologie assez inégalée en matière de série de SF (on est pas loin de Philip K. Dick) mais aussi visuellement où elle égale des jeux vidéos comme Deus Ex Human Revolution.

960En effet, jusqu’à présent, les productions de la chaîne étaient certes prolifiques mais guère en terme de production à un niveau pouvant se considéré comme viable comparé à d’autres chaînes plus anciennes américaines. Mais visiblement, avec THE EXPANSE, la chaîne atteint un niveau inégalé jusqu’à présent, présentant un objet télévisuel qui pourrait être à terme de la dimension d’un BATTLESTAR GALACTICA (que ça soit de la qualité d’écriture, ou de la profondeur du sujet) tout en associant un univers social assez proche de celui de TOTAL RECALL de Paul Verhoeven qui apportait une dimension social totalement absente de la nouvelle. C’est d’ailleurs si proche en terme d’atmosphère et d’ambiance d’une vie ouvrière dans l’espace que la référence et l’hommage sont évident. La présence de la colonie martienne y faisant directement référence, d’autant que quand on débarque sur Ceres, on entend un orateur tenir haranguer la foule, puis on apprend qu’il y a des problèmes avec les filtres qui empoissonnent les gens.

2048x1536-fit_serie-the-expanse-adaptee-saga-james-coreyCe qui est vraiment jouissif dans cette série c’est le soin apporter autant à la description de l’univers, tant au côté social avec les ouvriers qu’au côté militaire, avec la guerre froide opposant la Terre et Mars, qu’aux différents genres qu’aborde la série, nous propulsant avec la politique dans un jeu de pouvoir et d’espionnage équivalent à du James Bond en terme de tension, quand ce n’est pas soudainement un survival avec la trame de Holden qui se retrouve prix entre plusieurs feus, contraint de fuir pour sauver sa peau, ou encore le polar avec Miller qui réalise peu à peu qu’il y a quelque chose de pourris dans la ceinture, mais aussi la contamination avec ce mal étrange qui dévore les réacteurs. Le tout étant soutenu par une mise en scène propre, des effets spéciaux qui donnent un aspect « jeu vidéo » pas dénué d’intérêt à l’heure où les jeux vidéos imitent le cinéma et les séries, et un jeu d’acteur probant. Autant dire que, la série réunit tous les ingrédients pour devenir une grande série de SF, destin qu’on lui souhaite!

Publicités