[SÉRIE] Jessica Jones, review.

08253344-photo-jessica-jonesJessica Jones est un détective privé souffrant d’alcoolisme qui sillonne les rues de New York la nuit pour prendre en flag des couples infidèles. Dotée d’une force surhumaine depuis l’accident de voiture qui a coûté la vie à toute sa famille, Jessica essaie de mener sa barque en tentant d’oublier le sombre souvenir des 8 mois de sa vie où l’infâme Kilgrave utilisait son contrôle mental pour la faire faire ce qu’il voulait. Mais lors d’une nouvelle enquête, Jessica réalise que Kilgrave est loin d’être mort comme elle le croyait, pire encore, il continue ses atrocités.

Seconde adaptation en série de super-héros de Marvel par Netflix, Jessica Jones est la suite logique (en terme de production) de Daredevil. L’idée est d’offrir au spectateur la même sensation de crossover entre les différents héros que dans les comics. Ainsi, les films Marvel se suivaient et se connectaient les uns aux autres. Et il en est de même avec les séries. Dans Jessica Jones on retrouve un personnage de la série Daredevil, ainsi qu’une mention au héros aveugle. Mais surtout, le personnage de Luke Cage qui forme un duo électrique avec Jessica devrait avoir en 2016 sa propre série sur la chaîne Netflix. On devine ainsi la volonté de Marvel d’offrir au petit écran la complexité des comics.

Jessica-Jones-sera-une-heroine-imparfaite_article_landscape_pm_v8Cependant si la paternité des comics est tout à fait là, ainsi comme dans le comics Jessica a bien été sous la coupe de Kilgrave, et, comme dans les comics elle tombe amoureuse de Luke Cage, cependant, l’histoire a été réécrite. Ainsi il apparaît que les pouvoirs surhumains que possèdent Jessica et au moins Kilgrave soit l’invention de savant fou. Dans les comics, c’était des produits toxiques auxquels étaient soumis les héros qui leur avait conférer leur pouvoir. Pour autant, si l’histoire est réécrite, Jessica n’ayant jamais fait parti des venger, ni même revêtu un costume, il y a des allusions à son histoires dans les comics. De la mention de la super héroïne Jewel qu’elle aurait pu devenir (et qu’elle était dans les comics), à celle de l’accident qui lui a conférer ses pouvoirs, jusqu’à celle des Vengers nommés plusieurs fois, la série fait plus que du fan service, mais s’offre un vrai lien de filiation tout en se détachant des comics pour tisser sa propre histoire et sans doute avoir la possibilité de créer un univers plus crédible.

La tentative d’offrir un univers réaliste, sombre et violent qui avait déjà été effectuée avec plus ou moins de succès dans Daredevil (il est difficile de rendre crédible ce personnage), est plus réussit ici. En effet, on croit volontiers à cette jeune femme qui a remisé ses désirs de super-héros et vit cachée dans New York. Entourée de personnes plus ou moins affectés comme elle par Kilgrave, Jessica est un personnage à vif, mordant et surtout très sombre. Finalement, la série est beaucoup plus dark et violent (rien que le final offre le ton) que toute les autres tentatives pour rendre plus crédible des super-héros. La série met en scène une héroïne qui boit (alcoolique au dernier degré), a déjà tué un être humain (sous le contrôle de Kilgrave), et qui est aidée par un junkie. Ajoutez à cela un langage chatié, des scènes sexuelles non censurées et plutôt explicites, clairement la série s’offre un ton cru qui pousse encore plus loin que ce qui avait été fait avec le Batman de Nolan.

jessica-jones-netflix-944991En choisissant de se concentrer sur un seul arc dramatique (la poursuite de Kilgrave), la saison est en réalité une sorte de film rallongé. Tous les épisodes s’enchaînent logiquement. Il n’y a pas d’affaire par épisode, même si, certains épisodes s’offrent parfois des excursions passagère, comme un épisode bourré de flashback expliquant le passé de Jessica Jones ou un autre autour de personnages secondaires. Et de fait, la série gagne en profondeur. D’autant que David Tennant (Doctor Who) campe ici un méchant aussi charismatique qu’effrayant qui représente sans doute le méchant ultime. Les personnages secondaires sont également intéressant, on saluera surtout la prestation de Carrie-Anne Moss, sublime en avocate belliqueuse et sans morale. Bien écrite, avec un casting bien pensé, des allusions aux comics et à l’univers de Marvel, tout en apportant son propre univers, Jessica Jones est une vraie réussite.

Publicités