[FESTIVAL] Bloody week end, édition 2015.

IMG_2775Si vous ne connaissez pas le festival Bloody Week End et il est probable que ça soit le cas, sachez que vous ratez quelque chose. Amateur de film de genre, de gore, de sang, de nanar, de redneck et compagnie, vous serez servis dans ce festival organisé par des fans du genre dans une ambiance détendue et familiale. Avec ses longs-métrages projetés, pas de compétition chez les longs, mais une thématique et des films cultes, sa sélection plutôt cool de 26 courts métrages soigneusement choisis qui n’ont rien d’ennuyeux, bien au contraire, et ses animations, concours de scream queen, concert, labyrinthe avec des zombies, et ses exposants, il est indéniablement très riche et variés tout en laissant la possibilité au spectateur courageux de pouvoir tout faire ou presque !

IMG_2789Côté jardin, il y a la buvette, le camion où l’on trouve de la bonne bouffe, les animations bien sûr qui comprenait cette année du tir sur zombie, un labyrinthe zombie, et puis un concours de cosplay puisqu’on a pu croiser cette année en autre le Pingouin de Batman le Défi, une Harley Queen diablement sexy, un Jason jouant avec sa machette, un Captain America, mais aussi une tripotée de flic, et de drôles de gus servant un certain Dark Vador. A l’intérieur de l’énorme tente, un vrai hall d’expo, il y a donc les exposants où l’on pouvait être maquiller, dégoter des affiches vintages, des tee shirt à profusion, des dvds bien sûr, vinyles, mais aussi des miniatures de vaiseaux spatiaux mais également de scènes cultes du cinéma de genre, en bref il y en avait pour tous les goûts, et surtout de quoi appâter le fan de film de genre. C’est à l’intérieur de cette ambiance qu’on pouvait d’ailleurs trouver le jury en train de flâner, et s’offrir une dédicace de Brian Yuzma par exemple.

IMG_2833Côté cour, on avait donc trois sessions de court-métrage de compétition avec une quatrième plus nocturne réservé aux plus de 18 ans hors compétition. Dans le lot, on a eu du bon, deux truands discutant des détails techniques de leur home invasion en préparation, de l’espagnol touchant avec une histoire de fantôme, mais aussi un film de danse utilisant uniquement le corps comme moyen d’expression et de souffrance, un film de SF de très belle facture évoquant Real Human, trois films autour de l’enfance dont deux ont reçu des prix, l’un sanglant et assez drôle gagnant du Grand Prix, l’autre plus insidieux remportant le prix du scénario, un certain Présence, et puis un épisode de la quatrième dimension ou tout comme concluait la seconde session de court. Quant aux animations, il y avait un certain niveau, beaucoup de poésie, de la tendresse aussi, mais également de l’humour mordant comme le très bon Timber parlant de la cruauté des survivants, ou encore l’énorme La bête, dont le dessin et l’animation sublime ont touché le cœur de votre fidèle serviteuse. En bref, y avait que du bon chez les courts !

IMG_2771Et chez les longs aussi ! Outre les hommages aux membres du jury avec des films cultes comme Waxwork, Le retour des mort vivants 3, des films plus jouissif comme Doghouse, subversif comme Parents qui était présenté par Jean-Pierre Dionnet qui a fait revivre Cinéma de quartier l’émission de canal + juste pour nos beaux yeux. Sur la thématique des rednecks il y a eu une conférence coupée en deux partie servie par le très bon essayiste Maxime Lachaud qui présentait également deux films dignes représentant de ce genre : Mother’s day, l’original, et Blood Suckers, un nanar qui s’assume. Chaque film avait droit à une présentation portée par un membre du jury, et quel jury d’ailleurs !

IMG_2866Brian Yuzna (RE-ANIMATOR 2, SOCIETY, LE RETOUR DES MORTS VIVANTS 3) en président du jury, Alain Schlockoff (rédacteur en chef de L’écran fantastique), Jake West (RAZOR BLADE SMILE, EVIL ALIENS, DOGHOUSE), Jean-Pierre Dionnet (Présentateur tv de entre autre Cinéma de Quartier sur Canal +), Jean-Pierre Putters (fondateur de Mad Movies), Anthony Hickox (WAXWORK, FULL ECLIPSE, HELLRAISER 3) et John Penney (scénariste de LE RETOUR DES MORTS VIVANTS 3, AMPHIBIOUS 3D).

Et le festival s’est clôturé en beauté avec une très sympathique cérémonie, un discours touchant des fondateurs du festival, et une profusion de déclaration d’amour au genre par le jury dans son ensemble. En somme, ces trois jours passés à Audincourt, juste à côté de Montbéliard ont été riches, et assez généreux dans leur ensemble. Quelle différence avec les gros festivals, mais après tout, c’est tout le charme des petits festivals, comme le disait si bien Jean-Pierre Dionnet !

IMG_2855IMG_2847IMG_2828 IMG_2818 IMG_2816 IMG_2814 IMG_2811 IMG_2804 IMG_2801  IMG_2790 IMG_2809 IMG_2786 IMG_2807 IMG_2806 IMG_2805 IMG_2815 IMG_2817 IMG_2819 IMG_2822 IMG_2823 IMG_2824 IMG_2830 IMG_2784

Publicités