[GERARDMER 2015] Dernier jour.

cannesitfollowsDernier jour sous la neige pourtant les salles ne désemplissent pas. IT FOLLOWS second long métrage de David Robert Mitchell. Déjà passer dans quelques festivals auparavant dont la Semaine de la critique à Cannes et l’Etrange festival, il a d’or et déjà un distributeur puisqu’il sortira mercredi. C’est l’histoire d’une jeune fille d’une banlieue américaine modeste qui suite à une aventure sexuelle avec un garçon devient la proie d’une étrange créature capable de prendre différentes apparences. Fonctionnant excessivement bien avec des ressorts imaginatif pour distiller la peur, le métrage bénéficie de plus d’une superbe image. Utilisant l’imagerie de John Carpenter ainsi que les codes du slaher, David Robert Mitchell livre une oeuvre unique qui a déjà trouvé son chemin dans les pages de ce blog. Grand prix du festival, il n’y a rien d’étonnant à ce qu’il se retrouve avec ce prix!

machina_aLa séance de EX_MACHINA était ainsi complète ou presque au Paradiso, la petite salle perdu derrière un Spart. Réalisé par Alex Garland qui a fait ses armes en tant que scénariste sur les films de Dany Boyle entre autres, le film bénéficie d’une très belle image. S’inscrivant dans l’estéthique et l’ambiance d’une SF minimaliste et intimiste comme on avait pu en avoir dans Eve qui était passé à Gérardmer en 2012 ou encore à Moon passé à Gérardmer en 2010, on retrouve cette atmosphère simple, et cet esprit très anticipation. EX_MACHINA est l’histoire d’un jeune prodige du code qui gagne à la loterie de sa boîte et se retrouve ainsi invité chez son patron pour réaliser un test visant à savoir si la machine féminine inventée par le patron est belle et bien une intelligence artificielle. Tout en abordant la thématique de l’I.A. (la boîte en question étant celle d’un moteur de recherche on ne peut s’empêcher de penser aux folles rumeurs sur Google) le film s’avère être surtout un thriller psychologique où trois êtres doté d’une grande intelligence s’affrontent. Réussit et brillant il a ainsi gagné le prix du jury à ex-aeco avec The Voices.

Honeymoon_web_1_CSPour HONEYMOON première réalisation de Leigh Janiak c’est l’heure de faire ses preuves. L’histoire de ce couple passant leur lune de miel dans une petite maison accolée à un lac en plein milieu de la forêt qui se retrouvent confrontés à quelque chose dans les bois qui semble s’intéresser de près à la jeune mariée se confronte aux nombreux clichés du genre. Beaucoup de films low budget ont débutés ainsi, et forcément on se demande s’ils seront confronté à un maniac, à des forces du mal caché dans un vieux bouquin planqué à la cave ou s’ils seront punis par un fantôme revanchard. C’est là où le film surprend puisqu’il nous place dans quelque chose de plutôt inédit dans un tel contexte puisque le film revisite les BODY SNATCHER mais dans les bois en version intimiste. Pas dénué de défaut et de maladresse, HONEYMOON fonctionne surtout grace à ses acteurs franchement bon et son postulat plutôt original, la fausse piste du couple se déchirant et la violence conjugale abordée malgré tout pendant une bonne partie du film apporte aussi une profondeur au film.

Publicités