Carpenter brut, l’instant mélomane.

Aujourd’hui je vais vous parler de musique pour changer! En fait, j’ai décidé de vous parler d’un groupe dont j’ai l’habitude de donner son actualité régulièrement sur la page Facebook. Carpenter Brut, le nom de ce groupe, évoque sans doute quelque chose pour certains, il faut dire que ce petit groupe très actif ne cesse de monter. Hier encore il composait dans son coin ses EP, brillant mélange de l’électro héritée des années 80, inspirée des claviers de John Carpenter évidemment, mais avec un mélange de différentes inspirations, aussi bien giallesques que plus classiques, toujours dans l’esprit film d’horreur des années 70 à 80, avec de nombreuses et différentes inspirations aussi variés qu’électriques qui nourrissent cette musique. Ecouter un de leur EP c’est écouter la musique d’un film. Il suffit de fermer les yeux pour visualiser tout de suite les images d’un Argento ou d’un Carpenter, mariant dans un style unique des mélodies lyriques évoquant le métal, aussi bien que des phases épiques digne d’une bande son d’un film d’action intense, il y a quelque chose d’irrémédiablement sexy dans la musique de Carpenter Brut, et c’est sans doute pour cela que leurs clips, produit pour la plupart par Silver Strain, exposent très souvent des corps nus, des images limites érotiques se mêlant à d’autres plus horrifiques dans un espèce de mash-up complètement délirant et halluciné.

Leurs clips sont des cris d’amour au cinéma de genre, autant que leur musique, pour autant, Carpenter Brut ne demeure pas prisonnier de ses inspirations et référence. Au fil des morceaux, ils imposent leur propre style, inimitable, à mi chemin entre John Carpenter et Fabio Frizzi, avec une intensité dramatique, leur musique se passe d’image, sublime les images qu’on peut leur coller, dynamique et pleine d’émotion, ce sont des morceaux forcément très intenses, chacun à leur manière. Il y a quelque chose d’épique aussi qui n’était pas spécialement présent dans les références cinématographiques auxquels ils font appels. Cette musique au fond, associe modernité, un électro brut et à la fois très moderne, pas du tout pop, plutôt métalleux si on devait lui coller un autre genre, qui se dit digne héritier de Carpenter, c’est ce qu’indique son nom choisi avec habilité.

Récemment, leur musique a été utilisée pour la bande annonce du PIFFF, le Paris International Film Festival, mais aussi comme BO d’un court métrage, Thresher aux inspirations Lovecraftiennes, ainsi que d’un moyen métrage, Father & Son, qui devrait sortir sous peu. Il nous semble quand on écoute les deux EP naturels que cette musique cinématographique par nature devienne la BO de films, aussi ce chemin choisi est semble-t-il un aboutissement. Ajoutez à cela un prochain et premier live, à Paris, en Janvier, et vous obtenez ce que j’ai promis, un artiste en pleine montée, qui a su, rendre hommage tout en apportant son propre univers, et de son amour pour le film de genre, donner lieu à un univers qui lui est propre.

Le court métrage Thresher aux inspirations Lovecraftiennes dont la bande son finale est de Carpenter Brut.

Le teaser du second ep de Carpenter Brut:

Et la bande annonce 2014 du PIFFF

Publicités