[STORY] Les daguerréotypes des morts au 19e siècle.

Coutume qui nous paraît aujourd’hui aussi étrange que malsaine, au 19e siècle l’invention de la photographie permit à la société de remplacer le portrait habituellement fait des morts. L’idée de prendre en photo les morts comme s’ils étaient encore vivants, parfois avec les vivants, nous paraît franchement obscure. Devant ces photos parfois absurde, souvent gênante, et morbide, nous avons sans nul doute la même réaction que Nicole Kidman dans le film Les Autres.

Pour autant, ce rite mortuaire est au fond la modernisation d’une habitude qu’avait nos ancêtres et qui pour une raison obscure s’est perdue. Aujourd’hui on préfère célébrer les morts avec des images d’eux prises quand ils étaient vivants, chose rendu possible avec la technologie mais à l’époque, les photographies de famille étaient rares, ont devant poser pendant des heures sans bouger, raison plus forte pour justifier cette étrange coutume qui donne souvent lieu à des photos aussi insolites qu’intrigantes.

eugene-pirou-gustave-eiffel-sur-son-lit-de-mort-1923

Eugène Pirou, Gustave Eiffel sur son lit de mort, 1923

downey-napoleon-iii-sur-son-lit-de-mort-1873-chateau-de-compiegne

Downey, Napoléon III sur son lit de mort, 1873

daguerrotype-post-mortem-19e-siecle Visu-9_w525 Visu-5_w525 la-plus-etrange-tradition-de-lepoque-victorienne-prendre-des-photos-post-mortem-20enhanced-buzz-6948-1380832729-21 enhanced-buzz-10238-1380832319-13 enhanced-buzz-18184-1380832234-28 enhanced-buzz-18196-1380831879-26 enhanced-buzz-21430-1380831483-9 enhanced-buzz-10234-1380830525-6 enhanced-buzz-29505-1380833588-0 enhanced-buzz-10205-1380831471-27

Publicités